Assurance scolaire et voyage au ski

Sommaire

Au moment de payer votre forfait remontées mécaniques, on vous proposera une assurance. Pour votre enfant, celle-ci ne sera peut-être pas nécessaire. En effet, certaines assurances scolaires couvrent leurs adhérents sur le domaine skiable, pour la responsabilité civile comme les frais de secours sur piste (individuelle accident).

Assurance ski comprise dans certaines assurances scolaires

La pratique du ski, que ce soit dans le cadre d'un voyage scolaire ou d'un voyage familial, nécessite d’être couvert par une assurance spécifique à cette pratique.

En effet, après un accident de ski, les moyens développés lors du sauvetage sont souvent très coûteux :

  • recherches ;
  • évacuation du blessé en motoneige ;
  • rapatriement le cas échéant ;
  • intervention d'un hélicoptère, qui est fréquente et augmente considérablement le coût de l'opération.

Or, certaines assurances scolaires couvrent l'enfant même au ski.

Bon à savoir : la présence d’une garantie ski dans un contrat d’assurance vaut aussi pour les adultes. En effet, les accidents de ski peuvent être couverts, partiellement ou en totalité, par l’assurance habitation ou par l’assurance de votre carte de paiement.

 

Vérifiez votre contrat pour éviter les doublons

Certaines formules prévoyant une couverture spécifique pour le ski, les enfants en bénéficiant sont couverts en responsabilité civile et en garantie accidents de la vie, qu'ils voyagent avec l'école ou leurs parents.

Avant de laisser votre enfant partir, vérifiez donc les conditions particulières et générales de son assurance scolaire car, suivant le niveau de garantie, il ne sera pas nécessaire de prendre l'assurance du forfait.

À noter : lorsqu'un tiers est impliqué, il lui revient, par le biais de son assureur, d'indemniser l’enfant. Si le tiers n'est pas assuré, il faut se tourner vers le Fonds de garantie dédié à cet effet.

Attention aux conditions d'exclusion

Dans certains contextes, l'assurance n'indemnisera pas. C'est notamment le cas quand le déclarant :

  • skiait hors-piste ;
  • a refusé la priorité au skieur en aval ;
  • a fait un dépassement dangereux ;
  • a pris de l’alcool ou des stupéfiants ;
  • n'a pas déclaré le sinistre dans les 5 jours qui suivent l'accident.

Pour laisser votre enfant s’amuser à la neige en toute sérénité :

Ces pros peuvent vous aider